L’eau est une ressource naturelle. Mais sa distribution et surtout son traitement pour la purifier ou la rendre potable engendre des coûts de plus en plus élevés pour la collectivité, ce qui se traduit par des factures sans cesse revues à la hausse pour le consommateur.

Plus qu’un produit de consommation, l’eau est un bien précieux que l’on ne peut plus se permettre de gâcher. C’est pourquoi il est essentiel d’avoir une installation de plomberie performante, sûre et bien entretenue. La moindre fuite peut occasionner plusieurs mètres cubes d’eau consommés inutilement à la fin de l’année.

Suivant les régions, les caractéristiques de l’eau ne sont pas les mêmes. En ce qui concerne l’installation de plomberie, l’une des principales caractéristiques à prendre en compte est la dureté. Plus une eau est « dure » plus son taux de sels de calcium et de magnésium est important. C’est ce que l’on désigne com­munément par le calcaire. Des dépôts se forment dans les tuyauteries et dans les appareils de production d’eau chaude. Plus l’eau est chaude, plus les dépôts sont im­portants. Inversement, une eau trop douce peut entraîner des problèmes de corrosion de l’installation.

Les canalisations d’évacuation des eaux usées peuvent aussi rencontrer des problèmes. Le plus courant est l’engorgement. Il existe des produits chimiques destinés à dissoudre les bouchons, mais leur efficacité étant relative, il est préférable de connaître les méthodes traditionnelles de débouchage, que nous verrons bientôt sur le blog.

Comme toute activité, le jardinage, le tarot ou la pêche, la maçonnerie possède son propre jargon. Si, de plus en plus, les expressions les plus anciennes tendent à disparaître, il n’en demeure pas moins que pour parler en maçon, vous devez connaître quelques rudiments indispen­sables.

Laisser tirer du mortier
C’est ainsi qu’un jour, vous entendrez peut-être un maçon vous dire qu’il doit recommencer le mur en brique qu’il a entrepris de monter parce que son mortier a tiré trop vite. Dans ce cas de figure, cela signifie que la chaleur ou le soleil, ou encore le fait que les briques soient très sèches, ont fait disparaître trop rapidement l’eau contenue dans le mortier. Le mortier s’est alors totalement desséché et a perdu toutes ses caractéristiques de liant. Il se fissure, redevient poussière et doit être déposé afin d’être refait.

Le sable à lapin
Autrefois, le ciment étant un matériau relativement onéreux, le mélange pour composer le mortier était avant tout composé de sable. Aujourd’hui, ceux qui possèdent de vieilles bâtisses constatent qu’avec le temps ce mortier léger s’est désagrégé. Lorsque par le passé on recourait à ce genre de mélange pauvre en ciment, mais très riche en sable, on l’appelait du sable à lapin. Les murs qui sont ainsi montés peuvent encore tenir, mais prévoyez d’urgence de nettoyer tout cela et de procéder à un jointement avec un mortier correct, qui résistera davantage aux outrages du temps.

Passer la souris
La souris n’est rien moins que cet outil très commode qui est composé d’un fil et d’une recharge de bleu. La souris est un outil de traçage dont l’utilisation est très simple. Le fil est recouvert de bleu de méthylène. Tendez le fil entre un point A et un point 8, puis lorsque le fil est suffi­samment tendu, pincez-le comme une corde de guitare, tirez-le légère­ment vers vous, et relâchez-le. Avec l’effet de vibration ainsi obtenu, le bleu vient prendre la place du fil sur la surface où le traçage était attendu.

Utiliser le juge de paix
une expression qui est totalement tombée en désuétude aujourd’hui. Le juge de paix, c’est le niveau que le maçon utilise à tout bout de champ pour s’assurer que ce qu’il est occupé à édifier est vraiment droit. Le juge de paix est inflexible et, si la petite bulle ne se trouve pas entre les deux traits, vous n’avez plus qu’à recommencer

Poser du mulot
Éloignons-nous un peu du pur jargon pour évoquer un matériau peu utilisé et dont le nom est, par conséquent, méconnu. Tout le monde connaît la brique rouge traditionnelle. Cette dernière mesure environ centimètres de long sur 6 de large et 5 de haut. Le mulot est une brique à part entière mais beaucoup plus petite puisqu’elle ne fait que 3 à 4 centimètres de large. Si l’on vous demande un jour de poser le mulot, ne paniquez pas, cela n’a rien à voir avec le rongeur !

L’assemblage de PC pour les nuls

Comme vous avez sûrement du le remarquer, il revient beaucoup moins cher d’acheter son PC en pièces détachées et de l’assembler soit même, que de l’acheter dans des grandes surfaces où vous le paierez beaucoup plus chère, et ou vous n’êtes pas sur d’avoir ce que vous voulez à l’intérieur. C’est cette réflexion qui m’a poussé à acheté mon premier PC dans un magasin spécialisé de pièces détacher, ce qui m’a permis d’économiser par rapport à la même configuration en grande surface !!!

Mais une fois mon matériel reçu, je me suis retrouvé devant le fait qu’il fallait que je monte tout cet ensemble moi-même ne connaissant personne dans mon entourage qui s’y connaissait assez en informatique pour monter un PC !!! C’est donc après avoir monter quelques PC par la suite que j’ai décidé de créer un tutorial à la porté de n’importe qu’elle personne n’y connaissant pas plus que moi à mes touts débuts (autant dire rien du tout) Nous allons donc commencer par le tout début, et voir les principales phases de montage d’un ordinateur.

Précautions à prendre:

– Avant toute manipulation sur le matériel, déchargez-vous de toute électricité statique qui pourrait détruire les composants électroniques des différentes cartes (par exemple: en touchant une partie métallique reliée à la masse : radiateur, etc…). Evitez les vêtements en laine.
– Disposez d’un plan de travail relativement grand et d’un éclairage suffisant.
– Munissez-vous d’un tournevis cruciforme, et d’une bonne dose de patience, accompagné de 2 ou 3 tasses de cafés. (Non franchement c’est pas si dur !!!)

Lire la suite »

Le tableau électrique ou tableau de protection est l’organe central de votre installation électrique. Ses fonctions sont multiples : point de départ de toutes les lignes électriques alimentant les divers circuits de l’installation, la première fonction du tableau est la concentration des circuits en un point unique afin de faciliter leur gestion et leur repérage. Le tableau électrique est destiné à accueillir les organes de sécurité indispensables pour assurer la protection des personnes et des biens. Les besoins croissants des logements dépassant la simple fourniture sécurisée d’électricité, le tableau électrique est de plus en plus destiné à héberger divers automatismes facilitant la gestion de l’installation ou de certains appareils comme le chauffage ou le chauffe-eau électrique.

L’évolution naturelle du tableau électrique est tournée vers la domotique. La norme NF C 15-100 anticipe ces besoins et impose de prendre en compte toutes les arrivées de courants forts et faibles (téléphone, câble, télévision, réseaux…). Dans les habitations neuves, toutes ces arrivées doivent être regroupées en un point unique appelé gaine technique de logement. Tous les matériels composant le tableau électrique doivent être conformes à la norme française (NF), installés avec soin, dans le respect de la norme NF C 15-100 et des préconisations des fabricants. Pour plus de sécurité et de confort, le respect des prescriptions Promotelec vous permet d’obtenir des labels de qualité ouvrant droit à des primes.